Interview Médéric CLAIN

Bonjour Médéric,

Bonjour,


LA 1ERE PARTIE DE LA SAISON VIENT DE SE TERMINER.... COMMENT AVAIS-TU ABORDE CETTE ANNEE 2016 ?

J'ai bien roulé en janvier et février, ce qui m' a permis de faire un début de saison correct.

J' ai abordé la saison sans aucune prétention.

Au tour du Pays d'Aigre, par exemple, début mars, j'ai terminé 4ème.

Ensuite, j'ai enchainé avec le Trophée des Caraïbes (fin mars) où l'un de mes co-équipiers remporte le classement général (sous les couleurs de l'Equipe de France des clubs de la Défense).

Je m'y suis fais plaisir car j'ai repris mes "fonctions" d'équipier; Rôle que j'avais lorsque j'étais chez les "pro".

Mais, quelque part, en raison de ma vie de famille, je n'ai plus envie de faire des "kms" pour aller aux courses; je priviligie donc celles qui se trouvent à proximité de Poitiers.

Pour préparer le Tour du Congo, j'ai participé à de nombreux critériums pour me mettre dans le rythme de cette épreuve de niveau "Continental".

J'ai d'ailleurs fait 5ème au "Général" et terminé 2 et 3ème sur certaines étapes.

C'est un hollandais qui gagne devant un autre de ses compatriotes et un belge...Bref des anciens de chez Milram qui "tournent bien les jambes" encore.

Je tire un bilan globalement positif de cette 1ère partie de saison.

ET TU SUIS DE PRES NOTRE ECOLE DE VELO !

Au niveau de l'UVP, nos jeunes, c'est la belle image. Le club, à tous les étages, investit beaucoup de temps et d' énergie sur eux depuis maintenant plusieurs années. Je sais que certains séniors se sentent délaissés, mais Philippe FOUSSARD et son équipe doivent maintenir ce cap.

En plus de cela, nos jeunes sont humbles et modestes... ce qui correspond tout à fait à mon état d'esprit: L'UVP POSSEDE DES JUNIORS QUI ONT CHACUN LEUR SPECIALITE.

Oui. Clément BRAUD c'est «le pistard». C' est un bon coureur qui a de la force et de la vélocité. Lorsqu' il prendra confiance en lui et qu' il saura parfaitement gérer ses courses, il va franchir un pallier supérieur.

Baptiste TRICHOT, lui, a progressé de façon spectaculaire depuis quelques années. Il s'est identifié au cyclo-cross et possède maintenant un bon niveau régional. Lorsqu'il courre avec les séniors, il est au niveau.

Valentin FERRON, lui, c'est la «route». Depuis très jeune, il suit une progression constante. Il me semble, qu'il doit avoisiner les 60 ou 70 victoires et je ne compte pas les podiums.

Cette année, il progresse encore, et cotoie maintenant l'équipe de France et le niveau International.

Bref, tout ça pour dire que le club n'a pas à rougir de son investissement chez les jeunes.

APRES TA CARRIERE PROFESSIONNELLE (Chez COFIDIS), TU ES PASSES AU VC ROUBAIX PUIS TOURS...

POURQUOI AVOIR CHOISI L'UVP EN 2012 ?

J'ai voulu m'identifier à la ville de Poitiers par rapport à mon boulot. Je n'ambitionnais plus de performer sur le plan national.

En plus, je n'ai plus l'hygiène de vie que j'avais avant.

Aujourd' hui, je suis dans un club où je fais ce que je veux au niveau du calendrier.

J'ai la liberté de courir où et quand j'ai envie.

Et Philippe FOUSSARD m'a accueilli à bras ouverts.

ET LA FIN DE SAISON...CA VA DONNER QUOI ?

J'ai envie de garder un niveau compétitif.

En septembre, il est très probable que je parte en Chine avec l'Equipe de France des Clubs de la Défense. En octobre, peut-être aussi une course en Angola.

Je voyage, je profite ! c'est plaisant de pouvoir continuer à voyager dans le cadre du cyclisme.

J'ai 40 ans, et quand on me propose de faire la Martinique, la Chine ou l' Angola... c'est que du bonheur.

Mais pour tout cela, il faut que je sois à la hauteur et que je travaille dur à l'entrainement...Tout en conciliant, malgré tout, ma vie professionnelle et familiale en parallèle.

Merci Médéric, à bientôt..

Salut.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square